CENTRALES AU CO2

CENTRALES AU CO2

Le COensemble
à l’ammoniac
C’est le réfrigérant
de l’avenir

De même que le NH3, le CO2 (anhydride carbonique) est un gaz réfrigérant naturel très répandu dans l’environnement et facile à obtenir.

Ce gaz n’est ni inflammable ni toxique, il est sans odeur et sans saveur, raison pour laquelle il ne porte pas préjudice au produit alimentaire.

Pour les personnes, sa présence dans l’environnement est préjudiciable uniquement dans la mesure où il remplace l’oxygène.

C’est un gaz facilement détectable avec des dispositifs électroniques, même à des concentrations très basses. Comme c’est un gaz inodore, les personnes ne le perçoivent pas, raison pour laquelle elles doivent prêter particulièrement attention aux dispositifs de sécurité.

Il peut fonctionner en transcritique (compression au-delà du point critique), ou en subcritique (compression en deçà du point critique).

Efficacité maximale à basse température

Actuellement, les équipements transcritiques sont réservés à des puissances frigorifiques réduites.

Les installations en subcritique demandent des températures de condensation très basses (autour de -5 °C), raison pour laquelle elles nécessitent un équipement frigorifique complémentaire.

De même que pour le NH3, les unités de compression peuvent être des compresseurs alternatifs (à pistons) ou des compresseurs continus (à vis).

Le coût de revient de ce gaz est très bas, ce qui en fait un réfrigérant très économique.

Il faut prêter une attention particulière aux arrêts prolongés de l’équipement, car les pressions dans le circuit de base (séparateur de liquide et évaporateurs) peuvent éventuellement être très élevées.

L’emploi de ce gaz est particulièrement efficace dans les tunnels de congélation, ceux qui requièrent des températures d’évaporation très basses (de -35 à -45 °C).